POLITIQUES SUR LA MER ET LES ÎLES

La souveraineté du Vietnam affirmée par d’anciens documents

TTXVN-VNA | 22-12-2016 | 08:49 |

Photo: VNA

 

Hanoi (VNA) - Les preuves scientifiques authentiques sur la souveraineté du Vietnam sur les deux archipels de Hoàng Sa (Paracel) et Truong Sa (Spratly) ont été clairement affirmées dans d’anciens documents.

Dans le "Phu bien tap luc" (Mélanges sur le Gouvernement des Marches), un texte court sur l’archipel de Hoàng Sa s'écrit: "Au large du grand port du village de An Vinh, sous-préfecture de Binh Son, préfecture de Quang Nghia, il y a une montagne nommée Cu lao Ré (île de Ré) dont la largeur est évaluée à plus de 30 lieues. Autrefois, les habitants du hameau de Tu Chinh y cultivaient des haricots. On y arrive en traversant la mer en quatre veilles. Au delà de l’île de Ré s’étend l’archipel Dai Truong Sa dao (Iles aux Grandes et Longues Dunes). Il y a de nombreux produits marins et diverses marchandises. La Compagnie de Hoàng Sa avait été créée pour les recueillir... Les augustes prédécesseurs de la dynastie régnante (c'est-à-dire les seigneurs Nguyên) avaient créé la Compagnie de Hoàng Sa composée de 70 soldats recrutés à tour de rôle parmi les habitants du village de An Vinh. Chargée de la mission de collectage, elle partait chaque année au troisième mois, munie de vivres pour six mois. Embarquée sur cinq petites jonques, elle traversait la mer en trois jours et trois nuits pour atteindre leur lieu de séjour qu'était cet archipel".

L’ouvrage présente également la gestion de l’État vietnamien à l'époque. Le "Dai Nam thuc luc" (Chroniques véridiques du Dai Nam), qui figure parmi les tablettes de bois de la dynastie des Nguyên inscrites en 2009 au Registre Mémoire du monde de l'UNESCO, comprend plusieurs passages affirmant clairement la souveraineté de l'Etat féodal vietnamien sur les archipels de Hoàng Sa et Truong Sa.

Des centaines de pages extraites de textes administratifs, dont les « châu ban » de la dynastie des Nguyên (pièces d'archives annotées à l'encre rouge par les empereurs Nguyên), précisent que les seigneurs Nguyên (1533-1777) et les empereurs de la dynastie des Nguyên s’intéressaient toujours aux archipels de Hoàng Sa et Truong Sa, les considérant comme des territoires sacrés de la nation. Ils ont envoyé à ces archipels des missions d'exploration d'itinéraires maritimes, de relevé cartographique et de plantation de bornes. Sous le règne de l'empereur Minh Mênh (1791-1841), ces activités étaient effectuées plus régulièrement et à une plus grande échelle. C'est en particulier Minh Mênh qui a ordonné l'implantation de bornes pour affirmer la souveraineté nationale sur ces archipels.

Chose remarquable, l’Etat féodal vietnamien s’intéressait à l’éducation des jeunes sur la souveraineté du pays sur les archipels de Hoàng Sa, Truong Sa et les zones maritimes du Vietnam. Dans les documents en Han Nom, les manuels en caractères chinois pour les enfants comprenaient des contenus relatifs à la souveraineté du Vietnam sur ces archipels et la Mer Orientale. Ainsi, le « Khai dong thuyet uoc », un ancien manuel scolaire rédigé en "nôm" et en chinois de Pham Phuc Trai, imprimé pour la première fois en 1881 sous le règne de Tu Duc (1829-1883), fournit des connaissances de base en histoire, astronomie, géographie, culture et frontières du Vietnam.

Le nouvel ouvrage de l'Institut de recherche Han Nom présente aussi des recueils de poèmes sur les archipels de Hoàng Sa et de Truong Sa, ainsi que des miscellanées et écrits de poètes, d'écrivains et de mandarins en mission, y compris le recueil de poèmes «Dông hanh thi thuyêt » (Voyage vers l’Est) de Ly Van Phuc (1785-1849), composé sous le règne de Minh Mênh (1791-1841).

Les cartes géographiques de la Chine imprimées au début du 20e siècle montrent que la frontière maritime chinoise est l’île de Hai Nan, alors que le Vietnam affirmait très officiellement, depuis le 17e siècle tout au moins, sa souveraineté sur Hoàng Sa.

Récemment, l’ancien directeur de l’Institut de recherche Han Nom a découvert un exemplaire d’un ancien manuel de la Chine de 1912, lequel indique que la frontière maritime chinoise est l’île de Hai Nan. L’Institut a également retrouvé l’ouvrage "Giao châu du dia chi" (Géographie de Kiao-tcheou), imprimé sous la dynastie des Nguyên. Cet ouvrage, rédigé selon l’ouvrage de Zhang Fu et Mu Shi sous la dynastie chinoise des Ming (1368-1644), affirme également que Hoàng Sa et Truong Sa appartiennent au Vietnam. D’ailleurs, les documents vietnamiens traitant de la souveraineté, de l’application des lois et de l’exploitation des ressources par l’Etat vietnamien sur Hoàng Sa et Truong Sa, sont apparus très tôt et ont été conservés jusqu’à nos jours. -VNA

Dernière heure

Le président Trân Dai Quang adresse un message de confiance

La mer et les îles vietnamiennes constituent une partie inséparable du territoire vietnamien. Défendre l’indépendance, la souveraineté, l’unité et l’intégrité territoriales relève de la responsabilité

Pour commémorer les soldats morts pour la souveraineté nationale

​Le culte pour les soldats de la Flottille de Hoàng Sa ​est le plus important événement pour commémorer ces soldats qui ont donné leur vie pour ​la souveraineté nationale.

Des différends en Mer Orientale au débat d’un séminaire aux Etats-Unis

L’histoire des différends, la situation politique en Mer Orientale, et le cadre juridique des différends dans cette zone étaient au centre d’un séminaire intitulé aux Etats-Unis.